Voir dans sa tête. Partie 2

Après  quelques semaines d’expérimentation de e voir dans sa tête ( voir le post précédent). Maintenant  qu’il sait que c’est facile et amusant, on peut passer à la deuxième partie.

Partie 2
Demandez lui de voir dans sa tête une  sorte de petite balle blanche lumineuse. Vous pouvez lui montrer une balle de ping -pong ou une ampoule électrique  avant qu’il ferme les yeux.

Dites-lui combien cette lumière est belle, chaude et  brillante.

Demandez-lui d’essayer de la déplacer ou de la faire grossir.

Dites-lui qu’il peut même la déplacer sur lui. Quand il a mal, il peut la mettre sur son bobo. Quand il est inquiet ou triste , il peut la mettre sur son coeur, quand il veut une bonne idée, il peut la mettre sur sa tête ect.

Félicitez-le  de ses essais et de ses réussites. Dites-lui que comme un magicien il doit se pratiquer souvent pour réussir.  Avant de commencer, il  doit se concentrer et respirer lentement.

Dites-lui que c’est une bulle spéciale et magique, qu’il peut faire apparaître pour l’aider à relaxer, à se sentir bien, à soulager un bobo, à avoir des idées. Il peut la faire apparaître n’importe quand et n’importe où.

Jouer à voir dans sa tête

Les enfants adorent jouer et particulièrement avec nous. Pourquoi pas leur apprendre l’ABC de la méditation en leur présentant sous forme de jeu.

Voici la première étape: «Voir dans sa tête.»

Comment jouer:

Dire à l’enfant qu’on a un nouveau jeu spécial à lui montrer, c’est un peu comme de la magie car on peut voir les yeux fermés.

D’habitude quad on veut voir quelque chose on ouvre les yeux mais on va faire le contraire, on va fermer les yeux et voir dans sa tête.

Commencez par lui montrer un objet, puis demandez -lui de fermer les yeux et de le voir dans sa tête. Posez lui la question: Le vois-tu?  Le vois-tu bien? Tu peux même le faire grossir ou rapetisser, c’est toi qui décide. On peut aussi lui demander de nous regarder attentivement puis de fermer les yeux et de visualiser notre image dans sa tête. Félicite-le de sa réussite.

Dites-lui que quand il le veut, n’importe où et n’importe quand il peut faire apparaître des images dans sa tête.

Illustration: Francine Grimard

Le yoga avec les enfants: Un soin, un jeu, une philosophie

Initiez vos enfants au yoga. Dès leur plus jeune âge, ils peuvent nous imiter dans des postures simples. Apprenez- leur à respirer comme un yogi. Faites-le avec eux:  On inspire lentement par le nez  en gonflant le ventre. Le bedon devient de plus en plus gros comme un petit ballon. Puis on expire encore par le nez en dégonflant le ventre. Le bedon devient tout plat, on dirait qu’il veut toucher le dos.

On peut aussi ajouter que lorsqu’on inspire, on reçoit toute l’énergie, la force, la beauté de l’univers et qu’en retour lorsqu’on expire, on donne à l’univers une partie de nous, de notre bonté, de notre joie. Les arbres, les étoiles, les personnes et tout ce qu’il y a sur la Terre sont contents de recevoir notre cadeau.

La respiration c’est un partage entre nous et l’univers.

Ça fait tellement de bien quelques grandes respirations. Ça nous rend plus fort dans notre corps, dans notre tête, dans notre coeur.

Faite du yoga un jeu. Ainsi, il  deviendra pour eux une saine habitude de vie. Le yoga nous apporte à la fois calme et énergie. Il nous enracine dans le moment présent, il calme notre esprit, il nous relie à la Grande Force de Vie.

Fort dans son corps, dans sa tête, dans son coeur.

Les enfants aiment être forts, beaux et grands. J’aime dire aux miens qu’ils sont forts et beaux dans leur corps mais aussi dans leur tête et surtout dans leur coeur.

Je leur explique qu’ils son forts dans leur corps car ils peuvent le garder en santé et le guérir, forts dans leur tête car ils ont de merveilleuses idées,  forts dans leur coeur car ils aiment,  partagent,  prennent soin des autres et de tout ce qu’il y a dans l’univers.

Comment guérir un bobo

Quand votre enfant est malade, dites -lui que vous le comprenez, ayez de la compassion sans cependant  aggraver la situation. Dites-lui que son corps est fort. Que toutes les petites parties qui composent son corps travaillent pour le guérir. Qu’il faut leur donner le temps.

Vous pouvez ajouter que vous allez aider son corps à se guérir en donnant un bisous ou en soufflant sur le bobo ou en caressant doucement la partie qui fait mal.

Son corps est fort il est capable de se guérir, il faut être patient.

Après qu’il est calmé,on peut aussi l’inciter à dessiner son gros bobo, à dessiner ses sentiments.

Photo: triggerhapi

BACK