La lecture et le cerveau des enfants

L’incidence des livres sur le cerveaux des enfants.

L’Université de Pennsylvanie a publié un compte-rendu de récentes recherches montrant l’incidence des livres sur le développement du langage et de la pensée. Ainsi, des enfants de quatre ans, qui ne disposeraient que d’une dizaine de livres, en profiteront vers l’âge de 18/19 ans, moment où l’on constatera une maturité plus rapide.

Cependant, c’est la période autour de 4 ans qui est cruciale. L’étude montre que si les livres apparaissent vers l’âge de 8 ans, l’impact sera moins important. Ce qui suggère que c’est bien autour de 4 ans, que le développement va passer par une phase critique. Et à l’occasion de la conférence annuelle, qui se déroulait à la Nouvelle-Orléans, que la Society for Neuroscience, a présenté les résultats de recherches.

Motivant les inquiétudes contemporaines de voir les jeunes délaisser les livres au profit de la télévision, ou des jeux vidéo. Pour le moment pas question d’internet…

Selon le Daily Mail, dans le cadre de l’étude, les chercheurs américains avaient visité le foyer de 64 enfants – de 4 à 8 ans -, dont les parents jjouissaient d’un statut socio-économique similaire. Au cours de cet exercice, il ont inventorié l’accès à des jouets et des livres.

Quinze années plus tard, les mêmes enfants ont passé des tests, avec un scan du cerveau. Et les résultats, montrent que les enfants ayant profité d’un environnement avec des jouets et des livres, à l’âge de 4 ans, ont connu un meilleur développement du cerveau. La partie latérale gauche du cortex, qui joue un rôle dans l’évolution du langage et de la pensée était plus mince, ce qui est positif en termes d’évolution.

« Au cours de l’évolution du cerveau entre l’enfance et l’âge adulte, le cortex devient plus fin. Nous avons trouvé la meilleure stimulation cognitive dans les zones les plus fines. Il semble donc que quel que soit le processus normal de développement, ce processus a été accéléré, ou est allé plus loin », explique Martha Farrah.

Qui plus est, les familles étant toutes d’un même milieu socio-économique, cela montrerait que les résultats ne peuvent pas être altérés par des différences sociales ni économiques. Cependant, on pourrait nuance en précisant qu’en une quinzaine d’années, nombre de choses peuvent arriver dans la vie d’une famille.

Les résultats soulignent la sensibilité du cerveau humain à son environnement, dans le plus jeune âge. Et les résultats de recherche apportent des preuves convaincantes que des variations, même mineures, selon les périodes de ‘existence, peuvent affecter le développement du cerveau durant toute une vie, précise Brian Avants, auteur principal de l’étude.
Par Clément Solym,

Photo: L'incidence des livres sur le cerveaux des enfants.

L'Université de Pennsylvanie a publié un compte-rendu de récentes recherches montrant l'incidence des livres sur le développement du langage et de la pensée. Ainsi, des enfants de quatre ans, qui ne disposeraient que d'une dizaine de livres, en profiteront vers l'âge de 18/19 ans, moment où l'on constatera une maturité plus rapide.

Cependant, c'est la période autour de 4 ans qui est cruciale. L'étude montre que si les livres apparaissent vers l'âge de 8 ans, l'impact sera moins important. Ce qui suggère que c'est bien autour de 4 ans, que le développement va passer par une phase critique. Et à l'occasion de la conférence annuelle, qui se déroulait à la Nouvelle-Orléans, que la Society for Neuroscience, a présenté les résultats de recherches. 

Motivant les inquiétudes contemporaines de voir les jeunes délaisser les livres au profit de la télévision, ou des jeux vidéo. Pour le moment pas question d'internet...

Selon le Daily Mail, dans le cadre de l'étude, les chercheurs américains avaient visité le foyer de 64 enfants - de 4 à 8 ans -, dont les parents jjouissaient d'un statut socio-économique similaire. Au cours de cet exercice, il ont inventorié l'accès à des jouets et des livres.

Quinze années plus tard, les mêmes enfants ont passé des tests, avec un scan du cerveau. Et les résultats, montrent que les enfants ayant profité d'un environnement avec des jouets et des livres, à l'âge de 4 ans, ont connu un meilleur développement du cerveau. La partie latérale gauche du cortex, qui joue un rôle dans l'évolution du langage et de la pensée était plus mince, ce qui est positif en termes d'évolution. 

« Au cours de l'évolution du cerveau entre l'enfance et l'âge adulte, le cortex devient plus fin. Nous avons trouvé la meilleure stimulation cognitive dans les zones les plus fines. Il semble donc que quel que soit le processus normal de développement, ce processus a été accéléré, ou est allé plus loin », explique Martha Farrah. 

Qui plus est, les familles étant toutes d'un même milieu socio-économique, cela montrerait que les résultats ne peuvent pas être altérés par des différences sociales ni économiques. Cependant, on pourrait nuance en précisant qu'en une quinzaine d'années, nombre de choses peuvent arriver dans la vie d'une famille. 

Les résultats soulignent la sensibilité du cerveau humain à son environnement, dans le plus jeune âge. Et les résultats de recherche apportent des preuves convaincantes que des variations, même mineures, selon les périodes de 'existence, peuvent affecter le développement du cerveau durant toute une vie, précise Brian Avants, auteur principal de l'étude. 
Par Clément Solym,

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

BACK